sein

sein [ sɛ̃ ] n. m.
• 1150; « espace entre la poitrine et le vêtement » 1120; lat. sinus « pli, courbe », d'où « pli de la toge en travers de la poitrine », et fig. « poitrine »
1Littér. La partie antérieure du thorax humain, où se trouvent les mamelles. poitrine. Serrer qqn, qqch. sur, contre son sein. Dans le sein, sur le sein : dans les bras, contre la poitrine. — Réchauffer un serpent dans son sein. (1538) Fig. cœur. S'épancher dans le sein d'un ami, de sa mère.
(XIIIe) Le sein de Dieu : le paradis. « Le Dieu qui a créé l'homme recevra, après la mort terrestre, ce chef-d'œuvre dans son sein » (Lautréamont). (1681) Le sein de l'Église : la communion des fidèles de l'Église catholique.
2(1538) Vx Poitrine (de la femme). Le sein d'une femme. buste, gorge. « Couvrez ce sein que je ne saurais voir » (Molière). Mod. Donner le sein à un enfant, l'allaiter. Enfant nourri au sein ( nourrice ) . Téter le sein de sa mère. « Une jeune mère qui a voulu gracieusement offrir le sein à l'enfant de son amie » (France).
3(1798) Mod. Chacune des mamelles de la femme. téton; fam. lolo, néné, nichon, robert. Une paire de seins. fam. doudounes, rotoplots. Sein gauche, droit. Avoir de gros seins, de beaux seins. Elle a les seins qui tombent ( ptose) . Elle n'a pas de seins (cf. Elle est plate comme une limande, une planche à pain). Prendre un bain de soleil seins nus. « Ses deux petits seins haut remontés étaient si ronds qu'ils avaient moins l'air de faire partie intégrante de son corps que d'y avoir mûri comme deux fruits » (Proust). Soutien-gorge pour soutenir les seins. Bouts des seins. mamelon; aréole. Les seins contiennent les glandes mammaires. Cancer du sein ( sénologie) . Radiographie du sein. mammographie. Fam. Ça me ferait mal aux seins. Faux seins.
Cet organe, très peu développé, chez l'homme.
4(1672) Vieilli ou littér. Partie du corps de la femme où elle porte l'enfant qu'elle a conçu. utérus, ventre; littér. entrailles, flanc. « Dans quel sein vertueux avez-vous pris naissance ? » (Racine). « jumeaux du même sein » (Balzac).
5(XVIe; « intérieur » XIIe) Fig. et littér. La partie intérieure, intime, le milieu de. Le sein de la terre, de l'océan.
Littér. AU SEIN DE; dans le sein de : au plus profond, au milieu de. « Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine » (A. Chénier). Dans le sein de la nature. (Abstrait ) Au sein du bonheur, des plaisirs.
Cour. « ils laisseront chaque pays s'administrer lui-même au sein d'une fédération européenne » (Sartre)(cf. Dans le cadre de).
⊗ HOM. Sain, saint, seing; cinq.

sein nom masculin (latin sinus) Organe pair très développé situé à la partie antérieure du thorax chez la femme, et qui contient la glande mammaire. Littéraire. Buste, partie antérieure de la poitrine : Elle le tenait serré contre son sein. Littéraire. Siège de la conception : Être dans le sein de sa mère. Littéraire. Refuge que constituent les bras de quelqu'un, ou son écoute, sa tendresse : S'épancher dans le sein d'un ami. Littéraire. Partie interne qui renferme quelque chose : Le sein de la terre.sein (citations) nom masculin (latin sinus) Louis Jouvet Crozon, Finistère, 1887-Paris 1951 Le sein de Dorine est un accessoire métaphysique. Témoignages sur le théâtre Flammarion Jean François Marmontel Bort-les-Orgues 1723-Habloville, Eure, 1799 Académie française, 1763 Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille ? Lucile, opéra sur une musique de Grétry (1769) Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 […] Couvrez ce sein que je ne saurais voir : Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. Le Tartuffe, III, 2, Tartuffe Alfred, comte de Vigny Loches 1797-Paris 1863 L'Homme a toujours besoin de caresse et d'amour […] Il rêvera partout à la chaleur du sein. Les Destinées, la Colère de Samson sein (expressions) nom masculin (latin sinus) Abcès du sein, cavité emplie de pus se développant aux dépens de la glande mammaire. Au sein de, au milieu de, dans le cadre de. Cancer du sein, cancer touchant la glande mammaire de la femme, principalement sous la forme d'un adénocarcinome (cancer du tissu glandulaire), parfois sous la forme d'un sarcome (cancer du tissu conjonctif). ● sein (homonymes) nom masculin (latin sinus) ceins forme conjuguée du verbe ceindre ceint forme conjuguée du verbe ceindre cinq adj.num. saint adjectif et nom seing nom masculinsein (synonymes) nom masculin (latin sinus) Organe pair très développé situé à la partie antérieure du...
Synonymes :
- néné (populaire)
- nichon (populaire)
- robert (populaire)
Littéraire. Buste, partie antérieure de la poitrine
Synonymes :
Littéraire. Siège de la conception
Synonymes :
- flanc (poétique)
Littéraire. Refuge que constituent les bras de quelqu'un, ou son écoute...
Synonymes :
Littéraire. Partie interne qui renferme quelque chose
Synonymes :
- tréfonds

sein
n. m.
d1./d Chacune des deux mamelles de la femme, qui renferment les glandes mammaires.
Nourrir un enfant au sein.
d2./d Litt. Partie antérieure de la poitrine humaine, où sont les mamelles. Presser sur, contre son sein.
d3./d Litt. Ventre de la femme, en tant que siège de la gestation. Porter un enfant dans son sein.
d4./d Fig., litt. Partie intérieure, centrale (d'une chose). Le sein de la terre.
|| Loc. Prép. Au sein de: à l'intérieur de, au milieu de, dans.

⇒SEIN, subst. masc.
I. — [Chez l'homme]
A. — Vx ou littér.
1. ANAT. Partie antérieure du thorax humain qui s'étend de la base du cou jusqu'au creux de l'estomac et où se trouvent situées les mamelles. Synon. poitrine. Bercer, serrer (qqc./qqn) contre/sur son sein; sein qui palpite, se soulève; se couvrir, se frapper le sein. Il prend Coelina et Stéphany dans ses bras et les presse contre son sein (GUILBERT DE PIXER., Coelina, 1801, III, 12, p. 54). Un fils ne dirigera pas la sienne [une lance] contre le sein paternel (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 287).
P. métaph. [Le sein en tant que siège du cœur, foyer de la sensibilité, des sentiments] Sein angoissé, tremblant; porter un secret dans son sein. Ma fille, déposez dans mon sein l'aveu de vos fautes, et (...) que je sauve au moins votre âme (DUMAS père, C. Howard, 1834, V, 8e tabl., 4, p. 309). Hélène sentait bien remuer dans son sein ému quelque chose d'étrange qu'elle n'avait jamais éprouvé en présence de son beau fiancé; mais comment aurait-elle pu deviner l'amour aux tressaillements de son être (...)? (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 193).
Loc. fig. Enfoncer le poignard dans le sein, mettre à qqn le poignard dans le sein. Affliger profondément quelqu'un, lui causer un extrême déplaisir. On a mis à quelqu'un le poignard dans le sein (...) on a mis le poignard dans le sein de quelqu'un (Ac. 1798). Se plonger le poignard dans le sein. Se causer à soi-même un extrême déplaisir. V. poignard A 2 a ex. de France.
RELIGION
Le sein d'Abraham. Lieu de repos où se trouvaient les âmes des justes avant la venue du Messie; p. ext., le paradis. Reposer dans le sein d'Abraham. Jusqu'à ce que le seigneur Dieu nous fasse signe de venir et que nous dormions en paix dans le sein d'Abraham (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 25). P. plaisant. Le Calife eut le temps de fuir, mais les furieux se lancèrent à ses trousses, et l'ayant rejoint (...) l'envoyèrent dans le sein d'Allah, s'éclairer sur les mystères de la métaphysique (THARAUD, Mille et un jours Islam, I, 1935, p. 194).
Le sein de Dieu. Le séjour des élus, le paradis; l'intimité avec Dieu. [La religieuse:] Je vis ici pour vous, pâle et flétrie, dans le sein de Dieu! (BALZAC, Langeais, 1834, p. 214). Le destin des mélancoliques pasquins de mon espèce est de poursuivre, leur vie durant, quelque vain fantôme de passion, d'art ou de philosophie, puis de s'endormir dans la sainte et unique réalité du sein de Dieu (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 237).
Le sein de l'Église. La communauté de l'Église catholique. Rentrer dans le sein de l'Église. On fait rentrer dans le sein de l'Église ceux qui en étaient tout à fait sortis: par exemple, l'hérétique qui abjure, l'excommunié qui se soumet, etc. (SARDOU 1877).
2. Espace entre la poitrine et les vêtements; vêtements qui couvrent la poitrine. Cacher, dissimuler, mettre un billet/une lettre dans son sein. Èthel, tirant de son sein de petits ciseaux d'or, coupa une boucle de ses beaux cheveux noirs (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 117). Il tire de son sein la médaille miraculeuse, qu'il couvre de baisers et de larmes (Philos., Relig., 1957, p. 34-1).
Loc. verb. fig. Nourrir, réchauffer un serpent dans son sein.
B. — En partic.
1. Au sing., vx. Poitrine de la femme. Synon. buste1, corsage (vx), gorge (vieilli). Sein blanc; sein maigre, plat, tombant; sein naissant; sein couvert, découvert, nu. Catherine, grande et forte, en tout point semblable aux filles que les sculpteurs et les peintres prennent, comme jadis la République, pour modèles de la Liberté, charmait la jeunesse de la vallée d'Avonne par ce même sein volumineux, ces mêmes jambes musculeuses (BALZAC, Paysans, 1844, p. 204).
Rem. V. poitrine I B 2 rem.
2. Au sing. ou au plur., mod.
a) Chacune des mamelles de la femme. Synon. fam. ou pop. lolo, néné, nichon, robert, rotoplot, tété (hypocor., rem. s.v. téton), téton. Bouts, boutons, pointes des seins; contour, rondeur d'un sein; beaux, superbes seins; seins plats, gros, ronds; seins en poires, en pommes; seins naissants; seins fermes, flasques, tombants; sein droit, gauche; soutenir les seins; sein borgne (v. borgne1). Une poitrine enfantine, deux soupçons de seins, si insuffisants que la respiration au galop les soulève à peine (LAFORGUE, Moral. légend., 1887, p. 230). À Nice, M. Jacques Médecin a ouvert la saison estivale 1974 par un arrêté qui autorisait officiellement la pratique des seins nus sur les plages de la ville (L'Express, 4 août 1975, p. 56, col. 1). V. nu2 I A 2 ex. de Farrère.
P. métaph. Les seins bombés des premières falaises de Maineville (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 933).
) [Le sein en tant qu'organe glandulaire sécrétant le lait] L'enfant avait faim et s'attachait avec une ardeur ravissante au sein de sa nourrice (JANIN, Âne mort, 1829, p. 188). Elle a découvert son sein pour donner à téter à un bébé tout rond et rose (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 13). V. mamelon ex.
P. métaph. La lune dans le ciel nocturne s'étalait Comme un sein chaste et nu, sein de bonne nourrice Tendu pour les songeurs de qui c'est le caprice De boire sa clarté blanche comme du lait (RODENBACH, Règne sil., 1891, p. 213).
Loc. verb.
Donner le sein (à un enfant). Allaiter, faire téter, nourrir au sein. Aussitôt leur délivrance, elles se plongent dans l'eau, et elles y lavent même leurs enfans. Elles leur donnent le sein aussi long-tems qu'ils le veulent, et souvent ils sont déjà grands qu'ils tètent encore (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 87).
Prendre, sucer le sein. Téter. Je voyais dernièrement un enfant qui, né avant terme, prenait pourtant le sein avec avidité (CADET DE GASSICOURT, Mal. enf., 1880, p. 111).
Domaine de la méd. Aréole, mamelon du sein; ablation, inflammation du/des sein(s); crevasses des seins. Le cancer du sein si fréquent chez les Israélites est à peu près inconnu chez les Japonais (Hist. sc., 1957, p. 1394). Nous ne verrons que quelques-uns des aspects les plus courants des tumeurs du sein bénignes ou malignes (cancer). Tumeurs bénignes. Adénofibrome. Ce sont les plus fréquentes des tumeurs bénignes (...). Elles se développent à partir de la glande sécrétant le lait (QUILLET Méd. 1965, p. 502).
Domaine de la psychol. [Le sein maternel en tant que première relation d'objet du désir pour l'enfant] La mère est d'abord le sein (CHOISY, Psychanal., 1950, p. 49). Dans les travaux de Fairbairn et Klein, qui estiment tous deux que toute psychopathologie a son origine dans la relation avec la mère, « le sein » est souvent « le premier objet » avec une implication uniquement théorique que c'était (c'est) une partie du corps de la mère (RYCR. 1972).
[Le sein en tant que symbole de la maternité, lieu de refuge, de sécurité] Quand tu aimes il faut partir Ne larmoie pas en souriant Ne te niche pas entre deux seins Respire marche pars va-t-en (CENDRARS, Du Monde entier, Le Formose, 1924, p. 171). P. métaph. V. mamelle I C ex. de Chateaubriand.
) [Le sein en tant qu'objet érotique] Synon. appas (v. appât C), avantages (v. avantage II A). Ô seins, poires de chair, dures et savoureuses, Monts blancs où vont brouter mes caresses fiévreuses (ROLLINAT, Névroses, 1883, p. 117):
Jadis, les modèles érotiques du mâle américain moyen arboraient des seins comme des outres trop pleines, des citernes à lait, des pastèques adipeuses (...). Le sein était aliéné, dévoyé de sa fonction culturelle admise, pour devenir signe extérieur d'abondance et fétiche œdipien.
Le Nouvel Observateur, 19 oct. 1966, p. 30, col. 3.
Faux sein(s). Sein(s) postiche(s) que les femmes adaptent à leur poitrine pour la faire paraître plus volumineuse ou prothèse(s) obtenue(s) par la chirurgie par souci esthétique, généralement pour remédier à l'ablation d'un ou des deux seins. Si on était obligé de m'enlever les seins, j'allais être obligée d'en mettre de faux (...) moi, dans ma chambre, enlevant mes faux seins alors que Lui... Il n'y a pas trente-six solutions (...) mes seins ? Ou la vie ? (Le Point, 10 mars 1975, p. 122, col. 2).
b) Rare. Mamelle de l'homme. La main posée sur le sein gauche, il dit: C'est la vérité vraie! (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, p. 247). Le vieux gardien de prison aux seins nus et suants (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 197).
C. — Vieilli ou littér. Partie du corps de la femme où se développe l'enfant de la conception à la naissance. Synon. entrailles, flanc (littér.), utérus, ventre. Sein maternel; porter un enfant dans son sein. Mon frère me précéda dans le sein de ma mère; il habita le premier ces mêmes et saintes entrailles dont je sortis après lui (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 426). Fleur du Paradis, Vierge immaculée, Puisque ton chaste sein conçut le dernier Dieu, Règne auprès de ton fils, rayonnante, étoilée (L. MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p. 208).
P. métaph. C'est elle [la terre] qui les nourrit [les métaux], les fait croître, fructifier, et leur permet de se multiplier; c'est, enfin, en retournant dans le sein maternel qui les avait jadis formés et mis au jour, qu'ils renaissent et recouvrent les facultés primitives dont l'industrie humaine les avait privés (FULCANELLI, Demeures philosophales, t. 1, 1929, p. 221).
D. — P. anal. ou au fig. [Le sein est comparé à la poitrine, au cœur ou aux entrailles] Centre, milieu, partie interne d'une chose. Synon. fond, giron, tréfonds. Le sein des flots, des nues. La première racine (...) est destinée par les lois de la nature à s'implanter perpendiculairement dans le sein de la terre (BAUDRILLART, Nouv. manuel forest., t. 1, 1808, p. 39). Mer, en ton sein garde-moi de périr (BÉRANGER, Chans., t. 3, 1829, p. 157).
Loc. prép.
Au sein de. [Le compl. désigne une chose phys.] Au plus profond, au milieu de. J'aperçois un enfant qui dort au sein des flots, Comme on dort au sein de sa mère! (HUGO, Odes et ball., 1828, p. 258). Retourner au sein de la terre équivaudrait à un désir de rentrer au sein maternel (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 17). Au sein de. [Le compl. désigne une chose gén. abstr.] Dans, parmi. Au sein du bonheur, de la misère, de l'opulence, du plaisir. Comment resterions-nous invariables au sein de l'agitation, calmes au milieu des orages (...)? (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 65). Ces derniers — Albanie, Bulgarie (...) — ne remplissent pas les conditions voulues pour être accueillis au sein de l'O.N.U. (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 3, col. 5).
Du sein de. Du plus profond, de l'intérieur, du milieu de. Ma fille, si du sein de sa demeure elle laissoit échapper un mot de repentir, tout ne seroit pas perdu encore (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 228).
II. — Spécialement
A. — GÉOGR., vx. Golfe ou petite mer qui n'a de communication avec la grande mer que par un étroit passage. Le sein Persique (Ac.).
B. — MAR. ,,Partie la plus proéminente lorsque la voile est gonflée par le vent`` (GRUSS 1978).
REM. Sénologie, subst. fém., méd. Science médicale spécialisée dans les problèmes du sein. La sénologie est née ici, à l'hôpital civil de Strasbourg, dans les années 60, grâce à mon père, le professeur Charles Gros, qui en est l'inventeur. Il a voulu que cet organe, écartelé entre le pédiatre, le gynécologue et le cancérologue, soit l'objet de soins regroupés et spécialisés (D. GROS ds Télé 7 jours, 26 sept. 1987, p. 19, col. 1).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1121-34 sein « partie du vêtement qui recouvre la poitrine » (PH. DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 404); 2. a) ca 1160 « partie antérieure du thorax humain (ici au fig.: siège des sentiments) » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 8351, var.: il lo [mon cuer] m'a de mon sein anblé); b) 1121-34 le sein d'Abraham (PH. DE THAON, op. cit., 3162: El sein seient Saint Abraam!); 1580 le sein de Dieu (MONTAIGNE, Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, p. 541); 1681 sein de l'Église (BOSSUET, Discours sur l'Histoire universelle, p. 134); 3. 1160-74 p. métaph. « partie intérieure, intime » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, II, 493: la terre [...] me norri en son sain); 1558 loc. au sein de (J. DU BELLAY, Regrets, CXXX, 4, éd. E. Droz, p. 116); 4. ca 1200 sain spéc. « poitrine (de la femme) » (Chevalier cygne, éd. C. Hippeau, 6716: li baise la bouche et les iex et le sain); 1802 donner le sein « allaiter » (BAUDRY DES LOZ., loc. cit.); 1959 psychanal. relations avec le sein maternel (M. KLEIN, La Psychanal. des enfants, trad. J. B. Boulanger, p. 220); 1968 relation au sein maternel (ID., Envie et gratitude, trad. V. Smirnoff, S. Aghion, M. Derrida, 1983, p. 15); 5. déb. XVIe s. « mamelle » (Testament Pathelin, éd. J.-C. Aubailly, 361, p. 227: ces femmes qui ont si grans sains), rare au plur. av. le XIXe s. 1803 (CHATEAUBR., Génie, t. 2, p. 192: ses deux seins); 1740 (Ac.: sein droit ... sein gauche); 6. 1682 littér. « partie du corps de la femme où elle porte l'enfant qu'elle a conçu » (I. L. LEMAISTRE DE SACY, La Genèse trad. en fr., chap. 30, 2). II. 1. 1534 géogr. « golfe » (G. AFFAGART, Relation de Terre Sainte, p. 181 ds Fonds BARBIER: Mer Rouge [...] le Sein Arabique); 2. 1702 sein « partie de la voile qui est gonflée et arrondie par le vent » (AUBIN, Dict. de marine, p. 689: sein d'une voile). Du lat. sinus « courbure, sinuosité, pli; plis d'une voile de navire; concavité; golfe, anse; pli de la toge en travers sur la poitrine (servant de poche, de bourse) »; fig. « la partie du corps couverte par ce pli de la toge: sein, poitrine; poitrine (en tant que siège des pensées et des émotions); partie intérieure, cœur (d'une ville) »; lat. chrét. in sinum Abrahae « dans le sein d'Abraham » (Luc 16, 22), sinus ecclesiae « le sein de l'Église ». Fréq. abs. littér.:7 771. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 20 247, b) 9 184; XXe s.: a) 7 011, b) 6 632. Bbg. TRIACCA-SARNELLI (M.). Champs sém. du mot sein... Nancy, 1979, passim.

sein [sɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1150; « espace entre la poitrine et le vêtement », 1120; du lat. sinus « pli, courbe », d'où « pli de la toge en travers de la poitrine », fig. « poitrine » (→ 1. Sinus).
———
I
1 Vx (langue class.) ou littér. Partie antérieure du thorax humain, où se trouvent les mamelles (en parlant de l'homme, et, plus souvent, de la femme, poitrine étant un mot rare dans la langue classique).Mon sein n'enferme pas un cœur qui soit de pierre (cit. 2). || Presser (→ Palpiter, cit. 4), serrer qqn, qqch. sur, contre son sein. || Il montrait son sein nu (→ 1. Mèche, cit. 7). || Sein qui palpite (→ Appel, cit. 13). || Dans le sein, sur le sein de qqn : dans ses bras, contre sa poitrine. || Dans le sein d'un père (→ Endormir, cit. 15).Par métaphore. || Tel accent échappé de votre sein (→ Immensité, cit. 5; et aussi harmonie, cit. 29, Lamartine). — ☑ Loc. Réchauffer un serpent dans son sein.
Par ext. Vêtements qui couvrent la poitrine. || « Il tira le traité de son sein… » (Voltaire in Littré).
1 J'ai trouvé ce billet enfermé dans son sein.
Racine, Bajazet, IV, 5.
(XIIIe). Par métaphore. || Le sein d'Abraham, de Dieu. Paradis (→ Remords, cit. 4).
2 (…) le Dieu qui a créé l'homme avec une parcelle de sa propre intelligence possède une bonté sans limites, et recevra, après la mort terrestre, ce chef-d'œuvre dans son sein.
Lautréamont, les Chants de Maldoror, I.
(1681). || Le sein de l'Église : la communion des fidèles de l'Église catholique. || Au sein de l'Église (→ Fraude, cit. 9; personne, cit. 22.1).
Fig. Cœur. || Le sein d'un ami (→ Aveu, cit. 16). || S'épancher (cit. 19) dans le sein de sa mère (→ aussi 2. Chagrin, cit. 9).
2 (1538). Vx. || Le sein : la poitrine (de la femme). Buste, gorge. → Appas, avantages, rondeurs. || Les contours du sein. || Les globes (cit. 3) de son sein. || « Couvrez (cit. 17) ce sein que je ne saurais voir. » || Sein d'albâtre (cit. 5), sein neigeux (cit. 1). || « Une Andalouse au sein bruni » (→ Lion, cit. 7). || « Le tendre sein de la jeune hamadryade » (cit. 2). || Sein maigre (1. Maigre, cit. 7).
Mod. Le sein, en tant qu'il sert à l'allaitement. || Donner le sein à un enfant. Allaiter. || Nourrir un bébé au sein. Nourrice. || Prendre, sucer le sein de sa mère, de sa nourrice. Téter.
3 Ce petit être ne connaît absolument que notre sein. Il n'y a pour lui que ce point brillant dans le monde, il l'aime de toutes ses forces, il ne pense qu'à cette fontaine de vie, il y vient et s'en va pour dormir, il se réveille pour y retourner (…) Ses lèvres ont un amour inexprimable, et, quand elles s'y collent, elles y font à la fois une douleur et un plaisir (…)
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 247.
4 C'est une dame de la ville, une jeune mère qui a voulu gracieusement offrir le sein à l'enfant de son amie, afin que cet enfant et le sien, ayant bu la vie aux mêmes sources, en gardent le même goût (…)
France, le Jardin d'Épicure, p. 31.
Psychan. || Relation au sein : la première relation d'objet (de désir) pour l'enfant (selon Mélanie Klein). || Le « bon », le « mauvais » sein.
3 Mod. (Académie, 1798 : sein droit, gauche; le pluriel n'est attesté qu'au XIXe). Chacune des mamelles de la femme. Téton; fam. doudoune, lolo, néné, nichon, pare-chocs, robert, rotoplo; et préfixes mamm(o)-, mast(o)-.REM. Ce sens de sein est le plus courant de nos jours (→ Agrafe, cit. 2; astrakan, cit. 2; bomber, cit. 2; ébène, cit. 2; échancrure, cit. 1). || Le globe d'un sein. || Bouts, boutons (cit. 6), pointes (cit. 5) des seins. Mamelon, tétin (vx); aréole. || Sein borgne. || Seins fermes; fermeté des seins (→ Fierté, cit. 8). || Elle a de beaux seins, des seins superbes (→ fam. Il y a du monde à l'avant-scène, au balcon, à l'étalage, elle a de ça, du pour et du contre). || Seins ronds. || Gros seins, seins de nourrice. || Elle a de gros seins. Mamelu. || Seins plats (→ fam. Œufs sur le plat); seins pendants, tombants (→ fam. Calebasse).Sous-vêtement pour soutenir les seins. Soutien-gorge. || Danseuse aux seins nus ( Topless [anglic.]).Par exagér. || Elle n'a pas de seins : elle est plate (→ fam. Planche à pain).Les seins, organes glandulaires produisant le lait. Glande (mammaire).Crevasse des seins. || Cancer (cit. 1) du sein.Échographie des seins. || Radiographie du sein ( Mammographie). || Traitement des affections du sein. Sénologie.Chirurgie du sein. || Prothèse du sein.
5 La nudité des seins était pathétique (…) et (…) la majesté maternelle y remplaçait la pureté virginale. À la pointe d'une des mamelles il y avait une perle blanche. C'était une goutte de lait, gelée.
Hugo, l'Homme qui rit, I, III, II.
6 Ses deux petits seins haut remontés étaient si ronds qu'ils avaient moins l'air de faire partie intégrante de son corps que d'y avoir mûri comme deux fruits (…)
Proust, la Prisonnière, Pl., t. III, p. 79.
6.1 Elle enleva sa chemise, prit le bon torchon rude pour s'essuyer, puis elle souffla la bougie et elle s'approcha de la fenêtre qui soufflait des étoiles et du vent. Elle passa le torchon épais sous ses seins, bien autour, puis dessus avec la main ronde. Elle faisait comme quand on essuie des petits melons tachés par la boue d'arrosage. Et c'est vrai, avec toutes ces veines et ce bout dur comme un bout de tige, on dirait bien des petits melons, et craquants entre les doigts, et durs.
J. Giono, le Grand Troupeau, I, Pl., t. I, p. 569.
Rare. Mamelle de l'homme.
6.2 Et Jean se sentait une angoisse qui le creusait juste au milieu du corps entre les deux seins.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 821.
4 (1672). Vieilli ou littér. || Le sein (d'une femme) : partie du corps de la femme où elle porte l'enfant qu'elle a conçu. Entrailles (cit. 5), flanc, utérus, ventre (→ Barbare, cit. 3; chair, cit. 43; 1. fer, cit. 13; fruit, cit. 31).
7 Dans quel sein vertueux avez-vous pris naissance ?
Racine, Esther, III, 4.
8 Nous sentant alors jumeaux du même sein, elle ne conçut point que les confidences se fissent à demi entre frères abreuvés aux mêmes sources.
Balzac, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 831.
5 (XVIe; « intérieur », XIIe). Par métaphore, fig. Partie intérieure, intime (d'une chose) comparée à la poitrine, au cœur (→ ci-dessus, 1.) ou aux entrailles (ci-dessus, 4.). Giron.Le sein de la terre (→ Aride, cit. 3; laboureur, cit. 2), des flots, de l'Océan (→ Constellation, cit. 2).Au sein, dans le sein de… : au plus profond, au milieu de… || « Elle est au sein des flots (cit. 6), la jeune Tarentine ». || Le sein de la nature (→ Atome, cit. 9; et aussi plonger, cit. 14).
(Abstrait). || Au sein de l'abondance (→ Avare, cit. 16), du bonheur (→ Épargner, cit. 14), du plaisir (→ Prude, cit. 2). Milieu (au).Au sein des plaisirs (→ Éteindre, cit. 36). Dans, parmi.
9 Je ne sais rien de tel pour l'explication des idées et des doctrines que la réalité des faits et la détermination précise des circonstances au sein desquelles elles ont été conçues (…)
Sainte-Beuve, Proudhon, p. 81.
10 Je suis l'esprit, vivant au sein des choses mortes.
Hugo, la Légende des siècles, LXI.
Cour. || Au sein de : à l'intérieur de… → Dans le cadre de.
11 S'ils sont raisonnables, ils laisseront chaque pays s'administrer lui-même au sein d'une fédération européenne. Quelque chose dans le genre de nos États-Unis.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 13.
———
II Au sens étym.
1 Mar., vx. Courbure d'une voile gonflée par le vent.
2 (1534). Vx (lat. sinus). Golfe. || Le sein Persique (Montesquieu).
12 (…) on peut facilement, par le moyen des traîneaux, aller en un jour de Finlande en Laponie, et traverser sur les glaces le sein Bothnique (…).
J.-F. Regnard, Voyage en Laponie, p. 81.
HOM. Ceint, cinq (dans certains cas), 1. sain, 2. sain, saint, seing.
COMP. Sénologie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sein — sein …   Dictionnaire des rimes

  • sein — SEIN. s. m. La partie du corps humain qui est depuis le bas du cou jusqu au creux de l estomac. Il se dit plus particulierement des femmes. Cette femme a un beau sein, a le sein beau. elle a mal au sein. elle a le sein découvert. son enfant… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sein — sein: Die Formen des Hilfszeitworts werden in allen germ. Sprachen aus drei verschiedenen Stämmen gebildet: 1. Das Präteritum nhd. war, waren (mhd. was, wāren, ahd. was, wārun, entsprechend got. was, engl. was usw.) und das zweite Partizip… …   Das Herkunftswörterbuch

  • sein — SEÍN, Ă, seini, e, adj. (reg.) 1. (Despre lână, blană) De culoare cenuşie roşcată. 2. (Despre oi) Cu lâna cenuşie roşcată. – et. nec. Trimis de LauraGellner, 21.07.2004. Sursa: DEX 98  SEÍN adj. v. cărunt, cenuşiu, fumuriu, gri, plumburiu, sur.… …   Dicționar Român

  • Sein — can mean: * île de Sein, an island of Bretagne * Île de Sein, a commune of Bretagne * Raz de Sein, a stretch of water in Bretagne …   Wikipedia

  • Sein [1] — Sein (Seyn), ist der einfachste Begriff, welcher sich eben deshalb nicht deutlich, sondern nur klar machen läßt. Er bezeichnet im allgemeinen jede Setzung, d.h. eine Bejahung im Denken. Er ist daher a) Zeichen der logischen Copula im Urtheile u.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • sein — [Basiswortschatz (Rating 1 1500)] Auch: • werden • seiner • seine • seines Bsp.: • Es muss etwas getan werden. • …   Deutsch Wörterbuch

  • Sein — das; s; das Sein und das Nichtsein; das wahre Sein …   Die deutsche Rechtschreibung

  • sein(e) — [Basiswortschatz (Rating 1 1500)] Auch: • seine(r, s) Bsp.: • Seine Bücher sind auf dem Tisch. • Das ist sein Hut. • Ist das sein Auto? Ja, es ist seines. • Gestern Abend bin ich einem Freund von ihm begegnet. • …   Deutsch Wörterbuch

  • Sein [1] — Sein (Dasein, Existenz), die Bestimmung, durch die sich das Wirkliche von dem bloß Möglichen oder Gedachten unterscheidet. Das Mittelalter stellte das S. mit den Beschaffenheiten eines Dinges in eine Linie und glaubte daher aus der Definition… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.